Skip to main content

Fondée en 1936 dans le but de décerner un prix littéraire annuel, l’Association Française des Chroniqueurs de Tourisme est devenue aujourd’hui : L’ASSOCIATION FRANÇAiSE DES JOURNALISTES ET ECRIVAINS DU TOURISME (A.F.J.E.T.)

Il était une fois… une poignée de chroniqueurs curieux et passionnés de tourisme, de culture et de gastronomie. Ils vont créer ensemble la première association de journalistes et auteurs à vocation touristique. C’était en 1936 !

Un petit tour en Alsace où s’est déroulée une réunion fin janvier.
Nos amis alsaciens, très actifs et engagés dans notre association, ont partagé avec nous un moment à la fois de travail, d’amitié et d’échanges.
Notre amie Bernadette qui entretient depuis fort longtemps à travers l’AFJET des relations amicales avec les membres alsaciens, nous a fait le plaisir d’être avec nous.
Nadine Adam a de main de maître organisé cette rencontre, elle était aussi avec nous, car alsacienne d’origine et de cœur.

Le Golden Tulip Centre, nous a offert un cadre agréable pour cette journée.
Quelques photos en diront plus qu’un long discours.

A bientôt pour notre Assemblée Générale se déroulera aussi à Strasbourg le 1er avril !!!
Ce n’est pas un poisson !!!

Nos amis alsaciens nous concoctent, hors l’AG, un intéressant programme via le parlement européen.
Une journée à ne pas rater !
Merci à eux de leur implication.

Balades en france

thumb image

Dans cette Oasis Solognote, la « F.E.R.M.E » – Faire Ensemble dans le Respect Mutuel avec la PermaculturE – reçoit le public toute l’année, avec une valeur ajoutée, celle d’accueillir et de comprendre les acteurs tellement sollicités du monde des entreprises. Elle est présentée par ses hôtes comme « un lieu d’expérimentation, de partage, d’ouverture d’esprit et de convivialité autour des principes de la Permaculture ».

Ami, viens me rejoindre.
Les bois sont innocents.
Il est bon de voir poindre
L’aube des paysans
. *

Une région privilégiée, entre Georges Sand, Victor Hugo et Maurice Genevoix.

Une vaste forêt gauloise parsemée d’étangs, région frontière qui séparait deux tribus celtes d’importance, les Carnutes et les Bituriges. Du Moyen Age à Napoléon Ier, les moines ont fait de cette province marécageuse un univers d’étangs et de cultures de terres pauvres, en particulier de seigle d’où la Sologne tire son nom. (suite…)